Jésus vient (Jn 20, 19-31)


Nous voici dans le temps pascal qui dure cinquante jours, jusqu’à la Pentecôte.

Nous sommes au deuxième dimanche de Pâques, dimanche de la Divine Miséricorde, tant encouragé par saint Jean-Paul II.

Après l’année jubilaire de la miséricorde, nous continuons à baigner dans la miséricorde de Dieu, miséricorde sans limite, pleine d’amour et de tendresse.

Dans l’Evangile d’aujourd’hui nous nous rendons compte que les disciples, malgré la peur et les angoisses, continuent à rester fidèles à la parole du Christ. Ils sont ensemble.  Par peur des Juifs, bien entendu ils sont enfermés, à clé même, et voilà que Jésus, Ressuscité, vient ! Il vient les rejoindre. Il est au milieu d’eux,  vivant ! Quelle joie pour chacun ! L’Eglise naissante reprend des forces.  La vie rejaillit, une vie qui porte avec elle, joie, pardon, audace, énergie, espérance, foi, charité. Cette vie appelle à vivre selon son esprit, elle arrache de l’enfermement.

Que vient-il apporter ?  Il leur dit : « la paix soit avec vous »  et « recevez l’Esprit Saint » et il les envoie en mission en leur donnant le pouvoir de remettre les péchés ou de les maintenir. Il veut que toute l’humanité retrouve le chemin qui conduit au Père.

Thomas n’est pas présent lors de cette rencontre des disciples avec Jésus.  Il ne croit pas trop ce qu’ils témoignent. Il résiste même. La joie des disciples ne le convainc pas.  Il demande de faire lui aussi l’expérience de la rencontre avec le Ressuscité, il veut ce contact direct, immédiat avec Son Seigneur… Il laisse la question ouverte, aussi bien envers ses compagnons qu’envers le Seigneur…

Le temps passe et le Seigneur répond à ses attentes.  Il vient.  Thomas le reconnaît et proclame sa foi « Mon Seigneur et mon Dieu ! ». C’est le choc d’une rencontre personnelle.

Christ, le Ressuscité vient à nous.  Il établit avec chacun des croyants une relation personnelle, une relation d’amour.

Durant ce temps pascal, donnons une place de choix au Seigneur.  Cherchons le Seigneur qui se laisse trouver.  Il vient et comble nos attentes.  Sortons de nos peurs, de nos enfermements, de nos doutes.  Ouvrons-nous à son Esprit pour aller vers nos frères et former tous ensemble le Corps du Christ, qui est l’Eglise, ouverte à tous.

Heureux sommes-nous qui croyons sans avoir vu !

Bon cheminement avec le Ressuscité qui se laisse toucher par nous, même si nous sommes incrédules et résistants, mais qui cherchons à le rencontrer personnellement.

Jésus vient !  Il vient à chaque fois que deux ou trois se réunissent en son nom.  Il vient à chaque Eucharistie, qui est le sommet de notre vie spirituelle.  Il vient sans cesse.

Marija

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.