« Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui je trouve ma joie. » Mt 3,16


Après la naissance de Jésus et l’Epiphanie, événements qui nous ont associés à la grande paix et à la grande joie du ciel, l’Église nous invite à célébrer la fête du Baptême du Seigneur. La liturgie de ce dimanche met au centre Jésus et nous invite à le connaître plus pleinement.

Jésus n’est plus un bébé mais un adulte qui sort des trente années de silence pendant lesquelles, non seulement il était en tout soumis à ses parents mais il lisait et relisait les Ecritures en les méditant dans l’attente de la réalisation des promesses que Dieu avait faites à son peuple et en priant le Père dont il devait achever l’Alliance pour l’accomplir.

Jean est en train de baptiser sur la rive du Jourdain. Il prêche que le royaume des cieux est proche, que le Messie va se manifester et qu’il faut se préparer et se convertir. Des gens de différents âges viennent à lui de toute la Judée pour se repentir de leurs péchés, suivre un chemin de pénitence et pour être baptisés.

Et voici que Jésus, venant de Galilée, arrive au bord du fleuve pour y recevoir lui aussi le baptême des mains de Jean. Quelle étrange entrée publique ! Etrange car ce baptême est un « baptême de conversion ». Jésus vrai Dieu et vrai homme va se mêler à cette foule de gens, aux pécheurs, il est celui qui marche avec le monde, qui est comme tout le monde, portant au coeur du monde son indicible secret…

Il descend dans l’eau et dès qu’il est baptisé, il sort de l’eau. Qu’est-ce ce double mouvement d’un Dieu « né, crucifié, mort, enseveli, descendu aux enfers, ressuscité des morts et monté aux cieux »  sinon notre foi, la foi de notre baptême, celle de toute l’Église, notre CREDO ?  

Alors les cieux s’ouvrent et Jean voit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir se poser sur lui, manifestation à laquelle s’associe la voix du Père disant  « Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui je trouve toute ma joie.  ».  Qu’est-ce cela ?  L’Église nous le dit : c’est la première révélation de la Sainte Trinité : Père, Fils et Esprit Saint, révélation publique de ce secret que Jésus portait en son coeur depuis trente ans, lui le Fils du Père.

Aujourd’hui le ciel s’ouvre pour nous aussi et la voix qui s’est fait entendre ce jour-là est la même voix qui se fait entendre parmi nous. A nous aussi, Dieu dit « Tu es mon fils, ma fille, bien-aimé(e) en qui je trouve toute ma joie.  Je t’aime ! »

Le baptême n’est pas un mystère à contempler mais un don gratuit de Dieu. Jesus ne s’y est pas soumis pour lui-même mais pour nous et à cause de nous. En entrant dans les eaux du Jourdain, c’est dans notre misère qu’Il s’immerge, c’est aux misérables que nous sommes qu’Il s’assimile, c’est dans l’obscurité de notre péché qu’Il nous cherche, annonçant dans le même temps, le jour où Il serait plongé dans notre souffrance et notre mort pour nous en faire ressortir avec Lui vivant et victorieux. Jésus est le Dieu Sauveur.

Être baptisé ou ne pas être baptisé n’est pas la même chose. Être fils de Dieu ou ne pas être fils de Dieu n’est pas la même chose.  Vivre, conduit par l’Esprit de Dieu ou vivre sans l’Esprit de Dieu n’est pas la même chose. Le baptême nous immerge dans cette inépuisable source de vie qu’est la mort de Jésus, le plus grand acte d’amour de toute l’histoire ; et grâce à cet amour, nous pouvons vivre une vie nouvelle, non plus à la merci du mal, du péché et de la mort, mais dans la communion avec Dieu et avec nos frères. Tout cela est possible grâce à la force du baptême !  C’est une richesse immense ! 

Alors, rendons grâce à Dieu pour tant de merveilles ! Faisons grandir notre relation filiale avec le Père ! Soyons témoins de son amour car le monde attend la révélation des enfants de Dieu que nous sommes !

Lucia Nardella

Print Friendly, PDF & Email

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.