ZACHEE, UN LYNCHAGE MEDIATIQUE ?


Lorsque j’ouvre mon missel à la page du 31e dimanche ordinaire C, je découvre une introduction, au moins étonnante, à l’évangile du jour : « Zachée, un homme malhonnête, veut voir passer Jésus… ». Étonnante pratique de l’éditeur de ce missel qui, d’entrée de jeu, accuse Zachée de malhonnêteté et m’invite à lire l’évangile avec un regard accusateur. Or, cet éditeur ne fait que répéter ce qui traine dans « l’inconscient collectif » comme image accrochée au nom de Zachée et dont pourtant on ne trouve pas trace dans l’évangile de Luc. Alors, permettez-moi de plaider la cause et de demander au jury populaire d’acquitter cet homme accusé abusivement par une instruction judiciaire mal ficelée !

 

Lisons donc l’évangile avec un regard vierge de soupçons :

1901 Entré dans la ville de Jéricho, Jésus la traversait.
02
Or, il y avait un homme du nom de Zachée ; il était le chef des collecteurs d’impôts, et c’était quelqu’un de riche.
03
Il cherchait à voir qui était Jésus, mais il ne le pouvait pas à cause de la foule, car il était de petite taille.
04
Il courut donc en avant et grimpa sur un sycomore pour voir Jésus qui allait passer par là.
05
Arrivé à cet endroit, Jésus leva les yeux et lui dit : « Zachée, descends vite : aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison. »
06
Vite, il descendit et reçut Jésus avec joie.
07
Voyant cela, tous récriminaient : « Il est allé loger chez un homme qui est un pécheur. »
08
Zachée, debout, s’adressa au Seigneur : « Voici, Seigneur : je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j’ai fait du tort à quelqu’un, je vais lui rendre quatre fois plus. »
09
Alors Jésus dit à son sujet : « Aujourd’hui, le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d’Abraham. »

 

L’homme n’est pas anonyme : il s’appelle Zachée. Or différentes sources dignes de foi (dont La Croix) donnent comme signification de ce nom (d’origine hébraïque) ‘pureté et clarté du juste’. Lorsqu’on connaît l’importance du nom dans le judaïsme, l’évangéliste Luc annonce plutôt un homme exemplaire.

 

Par contre, le deuxième indice peut jeter un froid : chef des collecteurs d’impôts. Les impôts, personne n’aime ça ! Être collecteur d’impôts et, pire encore, chef des collecteurs, cela n’inspire guères de sympathie. Ajoutons à cela que la collecte d’impôts se fait au profit de l’occupant romain et on comprendra aisément que les soupçons s’accumulent : collabo, profiteur, malhonnête, traître, exploiteur, infréquentable…. d’autant plus qu’on le dit riche.  Cela suffit, sans doute, pour comprendre qu’il ne devait pas avoir d’amis parmi la population du lieu !

Luc, nous fournit un 3e indice : ‘il cherche à voir qui est Jésus’. Il a dû entendre parler de ce Jésus qui fascine les foules partout où il passe. Mais lui, Zachée, n’a pas sa place au sein de cette foule et sa soif de voir qui est ce Jésus le pousse à aller en avant du cortège et à grimper sur un sycomore pour que le handicap de sa petite taille ne le prive pas de la vue de Jésus qui devait passer par là.

Jésus a le nez fin pour repérer à coup sûr ce genre d’individu, insignifiant par la taille, ignoré ou méprisé de tous, exclu de la vie sociale. Jésus est pressé de demeurer chez Zachée, pas seulement de lui serrer la main ou de lui adresser une parole réconfortante. Non, Jésus veut demeurer chez Zachée parce qu’il a senti chez lui un immense vide capable de l’accueillir. De fait, Zachée reçoit Jésus avec joie : vous avez bien lu, il s’agit bien du verbe recevoir car Jésus se donne gratuitement

Alors tout bascule !

 

Le regard de la foule s’assombrit : voilà que Jésus, leur idole, va se perdre avec ce Zachée méprisé par tous !

 

Au contraire, Zachée, que personne n’a jamais aimé, découvre le bonheur d’être reconnu digne d’attention par Jésus qui, sans prononcer un mot, a transformé Zachée par sa seule présence à son côté !

 

Zachée, stigmatisé jusque-là par les accusations de malhonnêteté et de traitrise, ose affirmer : je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j’ai fait du tort à quelqu’un, je vais lui rendre quatre fois plus. Si sa fortune venait de l’exercice malhonnête de sa fonction de collecteurs d’impôts, comment pourrait-il rendre quatre fois plus à ceux qu’il aurait traités malhonnêtement alors qu’il a déjà donné la moitié de ses biens aux pauvres !  Ou bien, il bluffe à présent, ou bien, Jésus, par son regard de miséricorde, lui a permis de sortir de sa situation d’exclu et de méprisé et d’aborder enfin la foule sur une base nouvelle. Le regard de miséricorde que Jésus a posé sur lui, Zachée entend bien le poser à son tour sur ceux qui, jusqu’à ce jour, ne lui vouaient que mépris. Jésus lui ouvre cette deuxième voie en déclarant à qui veut l’entendre :  « Aujourd’hui, le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d’Abraham. »

Jean O.

ZACHEE,

libéré du harcèlement devient prophète de la miséricorde !

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.