Réfugiés : le père Mohan appelle la communauté à aider les réfugiés 1


Frères et sœurs,

L’actualité de ces derniers mois et de ces dernières semaines nous confrontent plus que jamais à ce qui fait le cœur de notre vocation chrétienne et la très belle lecture de l’épître de saint Jacques qui est très incisive nous oblige de même à bien faire attention à ce que nous disons et faisons à propos de cette crise des réfugiés qui déferle sur l’Europe. J’ai ainsi été fort interpellé en regardant l’autre jour l’émission spéciale de RTLTVI sur les migrants, de constater que plus de 60% de nos concitoyens francophones affirment avoir peur des migrants et des réfugiés, voire disent même, comme certains politiciens qui exploitent la peur des gens, que c’est une véritable invasion, que tous ces musulmans vont générer des problèmes et qu’il faut donc renvoyer ces gens chez eux ou leur accorder un statut spécial dans le meilleur des cas.

Loin de moi de vouloir faire de la politique ou encore

d’ ânonner derrière une certaine gauche bien pensante que l’immigration et en particulier l’immigration musulmane ne pose vraiment aucun problème à notre vieux continent, qu’il ne faut plus de frontières, qu’il faut accueillir tout le monde etc etc, mais face à une certaine réalité qui se déroule à moins de deux kilomètres d’ici, peut-être serait-il bon de nous rappeler que notre foi chrétienne nous oblige face à un malheur tel que celui que nous voyons se dérouler en Syrie et en Irak à ne pas rester neutre et indifférent dans des discussions ou à dire comme le dénonçait le Pape dans son allocution admirable après l’angélus de dimanche dernier qu’il ne suffit pas de dire à ces malheureux : « Prenez courage et patience, cela va s’arranger » pour ensuite ne rien faire du tout.

St Jacques le disait en d’autre termes  aujourd’hui:

Supposons qu’un frère ou une sœur n’ait pas de quoi s’habiller, ni de quoi manger tous les jours ; si l’un de vous leur dit : ‘Allez en paix ! Mettez-vous au chaud, et mangez à votre faim ! » sans leur donner le nécessaire pour vivre, à quoi cela sert-il ?

Si notre foi, c’est uniquement se rassembler le dimanche pour chanter et prier, s’il ne s’agit que de faire l’aumône de temps à autre pour se donner bonne conscience mais pour ensuite émettre des propos racistes ou haineux en société, à quoi cela sert-il ? Ainsi donc ajoute st Jacques, la foi si elle n’est pas mise en œuvre est bel et bien morte.

« Toi tu as facile à parler, me disait quelqu’un cette semaine, mais qu’est-ce que tu dirais si on faisait loger un réfugié dans la chambre en face de chez toi ? ». Et bien moi, je n’ai aucun problème à ce qu’il y ait un réfugié qui vienne loger chez moi et d’ailleurs ma communauté va accueillir dans les jours à venir une famille de réfugiés dans un logement attenant de l’abbaye; et moi si je vivais dans un grand presbytère,

je n’aurais aucun problème à accueillir le temps qu’il faudra  des gens dans des chambres vides. Car je pense que c’est cela être chrétien.

C’est d’ailleurs ce que le Christ nous recommande Lui-même :

J’avais faim et tu m’as donné à manger, j’étais nu et tu m’as revêtu, j’étais un étranger et tu m’as accueilli. Tout ce que tu as fait ou n’as pas fait au plus petit de ces frères, c’est à moi que tu l’as fait (Mt 25) !

Que l’Etat fasse certes son devoir parce que nous comprenons fort bien qu’il s’agit d’abord d’un devoir de nos autorité politiques de faire en sorte que des gens aujourd’hui en Europe ne soient pas obligés de dormir à la rue, mais quand on est dans une situation exceptionnelle, alors il est de notre devoir de chrétien d’ouvrir nos cœurs à défaut de nos portes si nous n’avons pas les moyens d’accueillir convenablement chez nous des personnes normales qui sont dans la même détresse que l’étaient nos aïeux lorsque en mai 40 ils se sont retrouvés sur les route de France pour fuir l’invasion allemande. Et en ce sens le Pape a pleinement raison de demander aux catholiques d’Europe de faire en sorte que « chaque paroisse, chaque monastère à commencer par le Vatican, accueille au moins un réfugié ou une famille de réfugiés chez elle.» (Angélus du 6 septembre 2015).

Ah oui, croire c’est beaucoup plus que défendre des « valeurs chrétiennes et une culture chrétienne européenne», cela c’est justement le problème de certains politiciens populistes qui se disent parfois chrétiens et veulent défendre l’Eglise, mais pour lesquels le christianisme n’est au fond qu’une façade, qu’une culture et rien de plus; croire en Jésus c’est aussi prendre sa croix, être généreux envers la veuve, le pauvre et l’orphelin, car ce que nous faisons au plus petit de ces frères, c’est à Dieu même que nous l’avons fait.

Croire en Jésus, c’est aussi se distancier d’idées nauséabondes, qui mettent dans le même panier petit clandestin qui vient ici dans l’espoir de trouver une vie meilleure et qui doit être renvoyé chez lui et véritable réfugié qui s’encourt de chez lui parce que sa maison a été bombardée et qu’il y a des fous qui menacent d’égorger sa femme, ses parents et ses enfants. Croire en Jésus c’est en ce sens comme pour l’avortement, l’euthanasie et le mariage homosexuel, se démarquer d’un monde qui a ses valeurs propres, malheureusement souvent basées sur l’égoïsme, le conformisme et l’hédonisme pour favoriser le faible, le mourant, l’enfant à naître, mais aussi le réfugié, le malheureux, le sans abri.

Est-ce un hasard dites-moi, si de tous les continents du monde, l’Europe est précisément le continent où les soins sont les plus développés, la sécurité sociale la mieux assurée, l’attention portée aux plus faibles la plus aigüe ? Est-ce un hasard ou n’est-ce pas justement à cause de cette foi chrétienne qui depuis des siècles agit en sous-main et pousse à la suite de l’enseignement du Christ à précisément accorder une grande place à la Charité sous toutes ses formes ?

Aucune autre religion n’a à mon sens accordé autant de temps, et d’attention aux autres que la nôtre !

Nous ne pouvons pas nous dire chrétien et affirmer ensuite que les réfugiés n’ont pas de place ici quand nous voyons des gens fuir une guerre atroce! Nous ne pouvons donc pas non plus cautionner tout un langage qui sous prétexte de défendre l’identité chrétienne de l’Europe, reste de marbre face à des être humains qui meurent sur des plages, sont parfois traités comme du bétail ou des criminels parce qu’il y aurait peut-être un danger d’infiltration terroriste éventuel et qu’en définitive on a déjà assez d’immigrés comme çà dans nos quartiers et qu’on en a assez de voir des femmes avec un voile et des hommes à barbes déambuler dans nos rues, çà c’est la raison véritable!

Si d’autres invoquent leur religion pour être barbare ou rétrograde comme en Arabie, nous n’avons pas à les suivre et être rétrograde en guise de vengeance car notre religion nous invite à aller plus loin et à dépasser notre peur de l’autre.

Peut-être est-il bon de réentendre des vérités que nous avons peut-être oubliées et que justement des chrétiens comme le Saint-Père mais aussi Madame Merkel ont décidé de faire réentendre à notre vieux continent assoupi par trop de confort et de richesse pour encore reconnaître le Christ qui a scellé du sceau de sa Croix nos pays encore marqués du signe du baptême.

 

F Mohan Sawhney, prémontré

Vicaire de Laeken


Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commentaire sur “Réfugiés : le père Mohan appelle la communauté à aider les réfugiés

  • Noël Chantal

    Merci Mohan pour ces paroles droites et claires.
    Tu nous remets avec fermeté sur le Chemin, celui qui va vers les frères et sœurs souffrants;
    Si nous pouvons entourer des familles ici à Laeken, je m’inscris .
    Chantal Noël