« Mes yeux ont vu ton salut » (Lc 2, 22-40)


En ce jour de fête, Luc au chapitre 2, versets 22 à 40, nous relate un moment charnière dans l’Histoire de l’Humanité : Dieu-Saint, le Tout-Autre, avait annoncé par la voix de ses prophètes qu’Il enverrait son Messie (Mashiah en hébreux, Christos en grec, Christ en français) au moment fixé.

Le peuple était donc en attente et cette attente est caractérisée par Syméon et Anne.

Tous deux attendaient en veillant, en priant dans le Temple, « la maison de mon Père » comme le rappellera Jésus en Jean 2, 16.

Ils attendaient : on ne dit pas grand-chose de leur état d’âme. Mais ce qui est dit nous montre qu’ils sont tout accueil à l’Inattendu de Dieu :

*) Syméon, avancé en âge, est juste et pieux tout à l’écoute de l’Esprit-Saint (Lc2,26).

*) Anne prophétesse (toute imprégnée de la sagesse de Dieu), âgée, veuve depuis longtemps, jeûnait et priait.

*) Quant à nous ! ? Nous pouvons dire, sans trop nous tromper, que notre vie ne s’identifie pas à un long fleuve tranquille !

Il y a tous ces moments de joie, d’amitié, de rencontre … qui font si chauds au cœur.

Et il y a aussi nos doutes, échecs, rejets, jalousies, nos cœurs endurcis, nos trahisons subies ou infligées, nos zones d’ombre, ces espoirs déçus, nos angoisses, ces temps de morosité, d’inquiétude, de repli sur nous-mêmes …

Tableau noir pourrait-on dire ! Oui ! S’il n’y avait pas la Foi en la Promesse de Dieu.

Cette Foi qui, habitant Syméon et Anne, les fait exploser de bonheur, de joie :

Anne chantant sa louange au Seigneur, (Lc2,38b)

Et Syméon s’exclamant « Mes yeux ont su ton salut ». (Lc2,30)

Syméon, poussé par l’Esprit prend Jésus dans ses bras et il expérimente que le Seigneur le prend sur son cœur. Il bénit le Seigneur en expérimentant d’être visité au plus intime de lui-même par son Amour.

Cela nous est aussi réservé, donné lorsque dans notre simple prière, l’Esprit-Saint vient nous visiter. Car Il habite en nous depuis notre baptême, Lui qui nous rappelle que nous sommes désiré/es de Dieu-Père depuis toujours.

Comme Syméon, comme Anne soyons et demeurons dans l’attente, dans le désir de l’Inattendu !

Ce dimanche 2 février, à l’Eucharistie de 10h., nous aurons l’occasion de vivre le Sacrement des Malades qui est le Sacrement de Guérison. Nous pourrons aussi vivre le Sacrement du Pardon. Nous présenterons au Seigneur toutes nos blessures intérieures et extérieures : physiques, psychologiques, spirituelles. Car Jésus est venu pour nous guérir de tous nos maux, nous sauver du mal, de nos enfermements sur nous-mêmes, de nous libérer de tous ces liens qui nous gardent prisonniers.

Nous vivrons cette Rencontre guérissante et donc festive avec nos Sœurs et Frères des Maisons de Repos Colibri et Aux Deux Parcs, 2 Maisons proches de l’église des Saints Anges.

Jean-Paul

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.