Sarah KILICOGLU » Fabriques d’église


Fabriques d’église de l’UP

Le terme « Fabrique d’Église » désigne à l’origine une assemblée de clercs auxquels se sont ajoutés, depuis le Concile de Trente (1545-1563), des laïcs, chargés de l’administration des biens de la communauté pa­roissiale.

En Belgique, les fabriques d’église, expression utili­sée pour le culte catholique ont été créées par des dispositions héritées du régime napoléonien (Concordat de 1801, décret impé­rial du 30 décembre 1809), par la loi commu­nale votée en 1836 et la loi sur le « Temporel des cultes » de 1870. La loi décrète que « ce sont des établissements publics chargés d’administrer les biens affectés au service public qui n’est ni com­munal ni provincial. Les fonctions des membres des fabriques (appelés fabriciens)  ne sont pas rémunérées ». Les textes prévoient que les communes prennent en charge l’entretien des édifices religieux catholiques et s’acquittent des frais liés à l’exercice du culte (par exemple pour une église catholique, le pain d’autel, le vin, l’éclairage, le chauffage, le nettoyage, l’achat et le blanchiment de linge, l’achat de meubles).Ceci est théorique et en pratique les communes ne participent que partiellement aux gros travaux de rénovation. La commune doit également assumer les frais de logement des mi­nistres des cultes. Les cultes reconnus bénéficient également d’autres avantages : l’exonération du précompte immobilier pour les édifices du culte, par exemple. (source Wikipedia adaptée).

Notre-Dame

 

Divin-Enfant-Jésus

 

Saints-Anges

Sarah KILICOGLU

No Photo Available

Sacré-Cœur Saint-Lambert