Archives de FraLaHey


Acte fondateur

Faire Eglise aujourd’hui en Unité pastorale?

 En 2002, les quatre paroisses de Laeken et du Heysel ne se posaient pas la question, tant la gestion au quotidien de ces paroisses réclamait déjà toute l’énergie de leurs animateurs : on n’allait tout de même pas se disperser en plus dans des structures nouvelles.  Et pourtant, il fallait prendre conscience du rétrécissement du tissu pastoral qui ne permettait plus guère que d’assurer les principales célébrations !   Ces quatre paroisses se sentaient tellement différentes que la seule chose qu’elles pourraient mettre en commun semblait être leur pauvreté : n’allaient-elles pas y laisser ce qui fait leur seule richesse, à savoir leur personnalité propre ?  Rapidement, il est apparu qu’une Unité Pastorale devait s’envisager comme une collaboration dans la complémentarité et le respect de nos spécificités.  Dès lors, comment allions-nous travailler ? 

 La première étape importante était de prendre conscience que nous ne nous connaissions pas.  Ce qui paralysait toute approche de collaboration était la peur de l’inconnu.  Pour nous découvrir, nous avons donc décidé de publier un modeste feuillet d’information au rythme de 5 par ans (tous les deux mois sauf juillet/août) : une page A4 par paroisse pour partager un peu d’enthousiasme (il paraît que, étymologiquement, cela signifie transport divin) à propos d’une réalisation, le tout complété par une page de renseignements pratiques (horaires de messes, adresses de contacts…).  Le projet n’était pas trop lourd et avait une double retombée : d’une part, il amenait une petite équipe à se rencontrer pour la mise en œuvre concrète, d’autre part, l’information était diffusée auprès de l’ensemble des paroissiens.  Très rapidement, cette première opération fut positive et à la fin de l’année pastorale 2002-2003, la volonté de s’engager dans une collaboration en Unité Pastorale était acquise.  Il ne s’agissait pas de mettre en place de nouvelles structures mais de nous ouvrir à un appel à faire Eglise dans un terreau d’aujourd’hui.  Le premier projet fut d’organiser un week-end de retraite en nous laissant guider par le chapitre 9 de l’évangile selon St Jean.  On y voit les disciples interpeller Jésus à propos de la cécité d’un aveugle de naissance : est-ce sa faute ou celle de ses parents ?  Jésus balaie la question et affirme que ce handicap est l’occasion de manifester la gloire de Dieu.  Cessons donc de nous lamenter sur les handicaps de nos paroisses, de perdre notre temps à en désigner les responsables et découvrons donc que la puissance du Seigneur se déploie dans la faiblesse… et que lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort (2Co 12,9-10).  La mise sur pied d’un tel week-end qui rassemblerait un nombre significatif de paroissiens s’avéra irréaliste et se mua donc, le samedi 22 novembre, en un pèlerinage-retraite qui nous conduisit de paroisse en paroisse : Notre Dame de Laeken, Saints Anges, St Lambert et enfin Divin Enfant Jésus où nous pouvions rendre grâce dans l’eucharistie.

 Ce jour là, des chrétiens de Laeken et du Heysel avaient fixé rendez-vous à Dieu pour l’écouter et se mettre en marche avec lui.  Le croirez-vous, Dieu est venu ! Invité à sortir des tabernacles où les églises sont parfois tentées de l’enfermer, Dieu est venu à la rencontre d’un petit peuple de gens tout à fait ordinaires.  Dieu s’est rassemblé un peuple à qui il a donné de goûter sa Parole. Le peuple de Dieu, signe sacramentel de son Eglise, Corps du Christ, a déambulé dans les rues du quartier, là même où les processions d’antan présentaient ce même  Corps du Christ dans un ostensoir d’orfèvrerie.

 Au soir de cette journée (Sainte Cécile oblige), on a chanté dans ce quartier au Cœur du Monde.  Avec la complicité de Missio-Bruxelles et des Matinées Chantantes, c’est tout le chœur des anges qui s’est fait entendre tandis qu’une voix venue d’ailleurs disait…

 

Ne craignez pas,

car voici que je viens

vous annoncer une bonne nouvelle,

une grande joie pour tout le peuple : aujourd’hui, à Laeken FraLaHey* est né !

 

Jean Olbregts

* FraLaHey est le nom choisi pour désigner cette communion d’Eglise  qui rassemble désormais en une Unité Pastorale les communautés catholiques Francophones de Laeken et du Heysel.

Faire Eglise aujourd’hui ici

«  Si le christianisme demeure une des racines majeures de la civilisation occidentale, notre culture a perdu son caractère religieux. Elle s’est sécularisée. Ceci ne signifie pas la fin de la religion, mais bien la perte de sa place centrale dans la vie sociale. Pareille perte n’est pas sans influence, loin s’en faut, sur la perception que les hommes ont du monde et de leur environnement ; bien plus encore, de la perception qu’ils ont des autres et d’eux-mêmes. Toute réalité est désormais reconnue comme autonome et non en lien avec une réalité divine et transcendante. C’est la raison pour laquelle la foi en Dieu n’est plus évidente aujourd’hui. Il ne s’agit pas tant d’une opposition dure et réfléchie de la part de nos contemporains, mais plutôt d’un sentiment d’insignifiance : que peut bien apporter la foi ?‘»

C’est le regard critique que posent nos évêques aujourd’hui dans l’introduction à leur message « Envoyés pour annoncer ».   Cette situation est vécue bien évidemment sur le terrain de nos quatre paroisses.  Nous en sommes bien conscients et depuis un an nous avons décidé d’assumer ce défi en initiant des collaborations.  Ce qui peut paraître un handicap pour nos paroisses, ne peut-il pas devenir une chance pour une Eglise vivante si nous entendons l’appel lancé par le pape au lendemain du Grand Jubilé de l’an 2000 : Duc in altum, c’est à dire avance en eaux profondes..  C’est en tout cas ce défi qu’a décidé de relever l’assemblée du 12 juin dernier : ensemble nous voulons nous mettre en marche avec l’ensemble de nos communautés paroissiales.

Samedi 22 novembre

de 9h30 à 17h30

  

 

 Une démarche pèlerine

    Le dernier week-end de l’année liturgique, sous la bannière du Christ Roi de l’Univers, nous nous mettrons en marche.  Nous manifesterons ainsi notre volonté d’entendre cet appel à avancer au large non plus comme une Eglise triomphaliste mais comme une Eglise riche de la seule grâce de Dieu. Notre démarche se veut pèlerine : nous allons parcourir les rues des quartiers de Laeken et du Heysel au départ de l’église Notre Dame de Laeken en nous arrêtant dans chacun de nos lieux de culte pour terminer à l’église du Divin Enfant Jésus. Marie, consolatrice des affligés, nous conduira vers Jésus qui rejoint nos fragilités humaines et les transcende.  Ce pèlerinage n’implique pas des exploits physiques insurmontables pour nos communautés parfois vieillissantes : lorsqu’on va en pèlerinage à Lourdes ou à Banneux, on n’y va pas à pied, bien entendu.  Il en va de même ici : le pèlerinage est un exercice spirituel et non une épreuve physique ; chacun est invité à le faire selon ses possibilités, à pied, à vélo, en voiture…

 

Une démarche de Foi

L’Eglise de Laeken et du Heysel se met en marche mais elle veut se laisser piloter par le Seigneur lui-même : où l’Esprit nous envoie-t-il ?  Nous voulons nous laisser guider par la Parole.  Nous nous mettrons à son écoute de plusieurs façons : par sa proclamation d’abord, par un bref commentaire, par une méditation silencieuse, par le partage en petits groupes.

C’est le chapitre 9 de l’Evangile selon Saint Jean qui nous servira de guide et de lumière sur notre chemin.  Comme l’aveugle de naissance nous irons à la rencontre du Seigneur.  Comme lui, nous pourrons entrer dans ce dialogue : « Crois-tu au Fils de Dieu » « Qui est-il, Seigneur, que je croie ! »  « Tu le vois, c’est lui qui te parle» « Je crois, Seigneur »

Voilà la rencontre que nous voulons vivre concrètement ici dans coin de Bruxelles, en ce jour.

Une démarche de fête

    Notre journée se terminera par la célébration festive du Christ Roi, non pas un roi d’apparat à la matière du monde, mais un Roi dont le trône de gloire est la Croix.  Un Roi qui assume jusqu’au bout notre vulnérabilité pour nous révéler notre vraie grandeur aux yeux de Dieu.  Un Roi qui inaugure une Royaume d’Amour et de Paix, un Roi qui ouvre une espérance là où l’homme butte sur les limites de sa fragilité.  Comme Saint Paul nous pourrons nous entendre dire face à nos peurs et nos échecs : Ma grâce te suffit.  La célébration pourra se prolonger dans la joie autour du verre de l’amitié.

 

Au cœur du monde

Cette journée du 22 novembre n’est pas une fin en soi : elle se veut un envoi.  Aujourd’hui même , nous expérimentons et nous célébrons une Eglise en marche qui s’ouvre aux réalités de notre monde aujourd’hui, dans notre quartier certes, mais aussi à l’échelle du monde dont tous les habitants sont devenus nos voisins grâce aux médias modernes.

Nous avons une opportunité toute spéciale de prolonger notre journée locale par une ouverture au monde.  Missio Bruxelles nous convie à une soirée chantante, priante, participante, témoignante, partageante… ; une soirée pour ouvrir nos oreilles, nos yeux, nos cœurs, nos mains… aux enfants, aux femmes, aux hommes du monde entier…

Samedi 22 novembre

de 20 à 22h

Eglise des Saints Anges

61, rue du Gaz

 

Au cœur du Monde

 

Au profit de Missio

 

 

  

 

Print Friendly, PDF & Email